News Ticker

[Séance rattrapage N°2] : Intuitions

Avant de se lancer dans la superproduction hollywoodienne avec le premier opus de Spider-Man, Sam Raimi réalise à l’aube des années 2000 Intuitions, qui marque son grand retour au cinéma fantastique. Retour sur un grand petit film, malheureusement bien trop sous-estimé et sous-commenté.

Sorti sur nos écrans en décembre 2000, Intuitions (ou The Gift dans sa version originale) aura mis du temps à voir le jour. En effet, le projet remonte à la fin des années 80, issu de la collaboration entre l’acteur Billy Bob Thornton et son ami scénariste Tom Epperson. Relégué pour la plupart du temps au plan de second couteau inexistant, Thornton décide de tenter sa chance dans l’écriture et signe coup sur coup les scénarios de Intuitions et Un Faux Mouvement. Ce dernier verra le jour en 1992 sous la houlette de Carl Franklin, et lui vaudra une reconnaissance aussi bien en tant qu’acteur que scénariste. Le scénario d’Intuitions, lui, devra patienter une petite décennie avant d’éclore. Pour réveiller ce projet, il faudra en effet attendre la rencontre entre Thornton et un certain Sam Raimi, lors du tournage de son excellent polar Un plan simple en 1998. Plus que bluffé par le travail de Raimi, Thornton décide de lui confier la réalisation d’Intuitions. Grandement inspiré par la véritable histoire de la mère de l’acteur, le scénario relate l’histoire d’une médium, qui va élucider un meurtre pour la police. Le sujet semble donc parfait pour Sam Raimi, qui lui permet de faire converser la ruralité viscérale d’Un Plan Simple et le fantastique baroque des Evil Dead.

Cate Blanchett In 'The Gift'Le film se présente en effet comme la fusion idéale entre la capacité du cinéaste à filmer l’Amérique profonde et sa connaissance implacable du fantastique. Comme pour Un plan simple, Raimi doit parvenir à faire exister une quantité importante de personnages et à dépeindre une communauté. Pour se faire, le réalisateur dispose d’un casting de choix : Cate Blanchett, Giovanni Ribisi, Keanu Reeves, Hilary Swank, Katie Holmes, J.K Simmons, Greg Kinnear… Rien que ça. Le défi est relevé haut la main. Les nombreux personnages sont introduits avec une efficacité et une intelligence remarquables, car toujours du point de vue d’Annie, interprétée par une Cate Blanchett éblouissante. De plus, il est important de rappeler que Sam Raimi a lui-même grandi dans une petite bourgade américaine paumée, ce qui explique en partie l’authenticité bluffante de cette peinture sociale. Car en effet, malgré la caractérisation archétypale des seconds rôles, Raimi ne pose jamais un regard caricatural sur ses protagonistes et vit l’action de l’intérieur, sans aucune distanciation. En ce sens, Intuitions est une œuvre profondément viscérale et incarnée. Toute l’intrigue s’articule autour des relations complexes entre des personnages torturés, tous reliés par le meurtre d’une jeune bourgeoise (Katie Holmes). Le soin apporté à cette représentation sociologique était un paramètre indispensable, puisque Raimi fait de cette communauté la principale force antagoniste du film. Annie doit à la fois faire face à ses propres démons, et à une communauté majoritairement cartésienne pour qui ses visions ne seraient que pure charlatanerie. De plus, le cinéaste choisit de ne pas jouer sur l’ambiguïté du personnage d’Annie : le spectateur ne remet jamais en cause son incroyable faculté. Ce parti-pris renforce ainsi toute la puissance émotionnelle du film. Le scénario de Thornton et Epperson permet donc à Raimi de mettre en place une formidable chasse à la sorcière des temps modernes, mêlant habilement intrigue policière et conte fantastique.

intuitions1Après une décennie éclectique, Intuitions permet au cinéaste de renouer avec son genre de prédilection, mis de côté depuis le troisième opus d’Evil Dead en 1991. Durant cette décennie, au cours de laquelle il aura investi le western, le polar ou encore le comic-book movie, Raimi a ainsi acquis une certaine maturité, s’ajoutant à une maîtrise visuelle que l’on savait déjà plus que solide. Sans pour autant disparaitre, la mise en scène de Raimi se fait ici plus discrète en se mettant totalement au service de ses personnages et des enjeux du scénario. Pas de plans-séquences déjantés en caméra épaule, ni de caméra subjective ou de plongées improbables : la mise en scène ne tend qu’à traduire avec subtilité chaque émotion ressentie par les personnages. Néanmoins, quelques passages nous rappellent qu’il s’agit bien du réalisateur d’Evil Dead et de Mort sur le grill derrière la caméra, notamment lors de sublimes séquences hallucinatoires. Evidemment, l’apport de Raimi au film ne se mesure pas seulement à sa dimension fantastique. Le cinéaste américain ne s’est pas contenté d’illustrer efficacement l’excellent scénario dont il dispose ni de se reposer sur son brillant casting, et déploie une mise en scène virtuose et inspirée, qui emprunte à tout le langage cinématographique pour servir au mieux ses personnages. Ainsi, en jouant intelligemment avec les mécaniques codées de différents genres, Intuitions se fait tour à tour polar, film d’horreur, thriller, film de procès ou encore véritable portrait de femme. Résulte une œuvre hybride et iconoclaste, qui permet à Raimi de mettre à profit toutes ses influences parfaitement digérées.

Avec cette commande remarquablement exécutée, Sam Raimi démontre à ceux qui en doutaient qu’il est un cinéaste complet, capable de s’effacer derrière son sujet tout en proposant un cinéma profondément personnel. Une merveille.

About Vince (33 Articles)
Fondateur de Mauvaise Lune, fan de cinéma fantastique atteint de cinéphagie aiguë depuis le plus jeune âge. Mes héros ? John Carpenter, Tsui Hark, Sam Raimi, Guillermo del Toro, Peter Jackson, Bong Joon-Ho...

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :