News Ticker

[CRITIQUE] : The Visit

Après une descente aux enfers marquée par les échecs commerciaux consécutifs de La Jeune fille de l’eau, Phénomènes, Le dernier maître de l’air et plus récemment After Earth, M. Night Shyamalan renoue enfin avec le succès. Au-delà de son beau score rapporté au box-office américain, The Visit marque aussi et surtout le  retour du cinéaste à un type de film qui faisait le sel de son cinéma, à savoir le film d’horreur intimiste sous couvert de drame familial. Pouvons-nous pour autant parler de résurrection artistique ?

TheVisit_UK_Online_Regular_1shtSi l’idée d’un retour aux affaires du mythique réalisateur de Signes ou d’Incassable après une incursion (ratée) dans le blockbuster a de quoi exciter, difficile d’en dire autant des initiateurs de ce projet. En effet, The Visit est une production Blumhouse, l’opportuniste société à l’origine de la franchise Paranormal Activity. Et qui dit Blumhouse, dit forcément found-footage ! Oui, ce procédé de mise en scène paresseux qui continue de contaminer une grande partie de la production horrifique actuelle mais permet de rapporter beaucoup avec très peu. Shyamalan justifie ici l’utilisation du found-footage à travers un documentaire réalisé par deux adolescents partis rendre visite à leurs grands-parents maternels qu’ils n’ont encore jamais rencontrés (et évidemment, cela ne va pas se dérouler comme prévu). Difficile d’imaginer Shyamalan sur un concept aussi limité, tant son style sobre et unique semble totalement en contradiction avec l’essence même du found-footage. Tout le film est ainsi bâti sur ce paradoxe. En effet, il est indéniable que l’on a bel et bien affaire à un film de M. Night Shyamalan (à contrario d’un After Earth faisandé), tout en ayant l’impression de voir son cinéma éteint, dilué au sein d’une machinerie impersonnelle. Toutefois, force est de constater que certains motifs récurrents du cinéaste refont surface : le noyau familial contaminé par des sentiments refoulés, foi en la fiction… Comme conscient des possibilités filmiques limitées qu’impliquent son concept, Shyamalan en détourne les codes au détour de quelques séquences intelligemment pensées, quitte à sacrifier la cohérence de l’ensemble.

Dès les premières minutes, Shyamalan parvient à mettre en place une ambiance mélancolique qui détone agréablement dans le paysage de la production horrifique actuelle, et encore plus dans celui -très superficiel- du found-footage. Cette mélancolie se traduit de manière touchante à travers les caméras des deux jeunes protagonistes, qui par la réalisation de ce documentaire tentent de recoller les morceaux avec leur famille. De plus, le fait que la caméra soit ici utilisée en tant que documentaire (et non pas comme caméra-embarquée témoin de la situation) permet au cinéaste de soigner ses cadrages et d’éviter au maximum les plans migraineux en shaky-cam. The Visit s’autorise aussi quelques ruptures de ton bien senties, qui se traduisent uniquement par la mise en scène lors de formidables séquences volontairement déstabilisantes, à la lisière de la comédie et de l’épouvante pure. Malheureusement, les bonnes idées de Shyamalan se concrétisent au détriment de scènes plus poussives, banales, ou qui tout simplement ne trouvent pas de cohérence interne avec le concept initial. Aussi efficace soit-il, le dernier acte ne parvient pas vraiment (ou du moins laborieusement) à concilier les envies de Shyamalan, à savoir conclure son film sur une touche mélancolique, et toutes les contraintes consubstantielles au concept de base. Tout le film est ainsi à l’image de son climax : tiré par les cheveux, tantôt intense, tantôt bancal, mais profondément attachant.

Malgré un savoir-faire indéniable, The Visit n’en demeure pas moins extrêmement frustrant, tant on aimerait voir un réalisateur aussi brillant que Shyamalan déployer la pleine puissance de son cinéma. Mais il permet de croire à nouveau en son cinéaste, et c’est déjà beaucoup !

About Vince (33 Articles)
Fondateur de Mauvaise Lune, fan de cinéma fantastique atteint de cinéphagie aiguë depuis le plus jeune âge. Mes héros ? John Carpenter, Tsui Hark, Sam Raimi, Guillermo del Toro, Peter Jackson, Bong Joon-Ho...

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :